• Challenge AZ 2016 : R comme Récidiviste

    Décembre 1909, déjà presque deux ans que Charles Marie AVE son père est décédé.

    Ce soir, Joseph Marie a décidé de parler à sa mère.

     Marie-Louise André ne devrait pas tarder à rentrer.

    Joseph Marie a préparé ses arguments, cela ne va pas être facile de convaincre sa mère.

    Joseph doit convaincre sa mère de le laisser partir.

    Il veut rejoindre un de ses amis qui lui a trouvé un emploi dans une grande ferme de Seine et Oise.

    Le salaire sera meilleur qu'à Ploëzal.

     

    Joseph désire quitter sa région et obtenir un travail mieux rémunéré afin de se constituer un petit pécule et revenir vivre à Plouëc.

    Il a peut-être déjà remarqué une très jeune fille qui vient régulièrement visiter ses cousins dans la commune voisine de Ploëzal, où il travaille.

    La demoiselle est de la ville, elle demeure à Brest.

    Elle s'appelle Anne Marie Alexine Jeanne GOURIOU.

     

    Marie Louise rentre enfin à la maison, mais ce n'est pas ce soir que la discussion pourra avoir lieu.

    Un autre sujet va occuper toute la soirée.

    Marie Louise a acheté le journal l'Ouest-Éclair.

    Cela intrigue Joseph.

    Pourquoi un journal ?  sa mère ne sait pas lire…..

    C'est vrai, Marie Louise ne connait pas son alphabet mais Joseph oui !

     

    C'est encore le cousin François qui fait des siennes. Dans la famille on le nomme François le Terrible !

    Le croque-mitaine familial que craignent les enfants !

     

     

     De Ploëzal à Pontrieux, tout le monde en a peur ! 

     

    (Ouest-Éclair 01/12/1909)

     

     

    Marie Louise plaint Amélie LE SIDANER, son épouse.

    La pauvre Amélie, elle a eu le malheur de se retrouver veuve il y a deux ans.

    Elle pensait avoir retrouvé le bonheur dans les bras d'un beau légionnaire.

    Le mariage a eu lieu le 26 décembre 1907.

    Hélas, la lune de miel n'a pas duré deux ans.

    Espérons que le fait de se retrouver devant un tribunal fasse le plus grand bien à ce terrible cousin.

     

    Hélas, en 1910, François AVE, de nouveau, a les honneurs de la presse.

    Il est également connu pour avoir tenté de se lancer en politique.

    Il se voyait député !

    Son cheval de bataille : la réduction, non pas des impôts, mais des débits de boissons !

    Bien sûr pas celui  de son épouse ! et oui  ! Amélie est débitante de boissons !

     

     

    (Ouest-Éclair 12/11/1910)

      

    En 1911, même à Saint-Brieuc, il est connu et reconnu.

     

    En pleine crise, il est interné . 

     

     

     

    (Ouest-Éclair 27/11/1911)

     

    1912, il est sorti de l'asile.

    De nouveau, ses exploits font parler de lui.

     

    Les arrêts à la case prison deviennent une habitude.

     

     (Ouest-Éclair 24/02/1912)

      (Ouest-Éclair 08/06/1912)

     (Ouest-Éclair 07/09/1912)

    (Ouest-Éclair 07/09/1912)

    (Ouest-Éclair 07/10/1912)

    (Ouest-Éclair 02/11/1912) 

    1913, un dernier article , une dernière récidive ?

     

     (Ouest-Éclair 06/06/1913)

     

    Puis plus rien !

    Que devient le terrible François AVE ?

    Mystère…..

     

    Joseph AVE, son cousin va travailler comme charretier dans une ferme à Plaisir dans la Seine et Oise.

    Puis comme tant d'autres, il rejoindra son régiment et partira à la guerre.

    Il épousera, le 19 octobre 1918, Anne Marie Alexine Jeanne GOURIOU, la demoiselle de Brest.

    Ils deviendront les sosa 22 et 23 de Ronan.

     

    *********************

     

    François AVE et Joseph sont les descendants de Jean Marie AVE et Jeanne DURAND, les sosa 354 et 355 de Ronan.

     

    J'espère un jour écrire la suite de l'histoire de François......

     

    Marielle BATHANY-LE GOFF

     

           


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :