• O comme Obéissance au Roi et à l'Empereur

    Nous réintégrons notre véhicule  pour la suite du voyage.

    Ralg souhaite me faire rencontrer, le personnage le plus célèbre de mon arbre familial. Je devine sans peine de qui il s'agit. J'ai passé plusieurs après-midi à la mairie de Ploëzal à reconstituer sa nombreuse descendance. Je reconnais au premier coup d’œil sa signature. Et pour cause, il a rédigé et signé des registres entiers. 

    C'est avec une grande émotion, je crois bien que ma main tremble, que j'appuie sur la lettre O.

    Ce O est le sésame qui va me transporter auprès de François LE GOFF.

    François est né le 30 nivôse an 2, c'est à dire le 17 janvier 1794 à Ploëzal (22). Il est le fils de Jean Marie et de Marie Yvonne LE BRETON.

    Le 9 février 1814, toujours à Ploëzal, il épouse Anne Marie GOURIOU. Il ont 20 ans et s'installent comme cultivateurs. Dans quelques années, la famille comptera 9 enfants. 

    Matériellement, la famille est relativement aisée. François a fait des études car il sait lire et écrire couramment. 

    En 1827, sur les recommandations d'Yves PASQUIOU, qui vient de démissionner de son mandat, François est élu maire de Ploézal.

     A 33 ans, François, va prêter serment au préfet : "je jure fidélité au Roi des Français, obéissance à la Charte constitutionnelle et aux lois du Royaume"

    C'est avec passion qu'il va s'occuper de ses nouvelles fonctions tout en faisant preuve d'abnégation. Sa devise c'est l’intérêt de Ploëzal , c'est à dire celui de tous, avant le sien.

    Certains diront que c'est facile à dire et à faire lorsqu'on dispose déjà d'une sécurité matérielle. Peut-être...., ce qui est certain c'est que les qualités de François sont unanimement reconnues.

    Même par les bandits ! En effet, tombé aux mains d'une bande de brigands, ceux-ci le libèrent lorsqu'ils le reconnaissent....

    En 1852, il voit l’avènement du Second Empire, il est maintenu comme maire, un nouveau serment va être exigé de lui. Qu'a cela ne tienne ! la seule chose qui compte c'est la prospérité du village, et un serment contre l'assurance de pouvoir continuer à développer Ploëzal , ce n'est pas cher payé !

    Il va donc jurer "obéissance à la constitution et fidélité à l'Empereur" .

    Ralg et moi, nous nous retrouvons ce soir dans la maison municipale de Ploëzal.

    François est à son bureau, concentré sur le document qu'il rédige.

    Je l'entends soupirer, il est bien âgé aujourd'hui.

    Nous sommes en 1866, il a 72 ans. Anne Marie, son épouse est décédée depuis déjà huit ans, elle lui manque tant !

    Cela fait déjà 39 ans qu'il assume la fonction de maire, et ce soir, il a pris une décision. Demain, au conseil, il fera une déclaration, sa déclaration ! 

    Il prépare minutieusement ses arguments, son document doit être parfait.

    Oui c'est vrai, il est exigeant, il l'a toujours été mais il est aussi bienveillant et cette qualité ne court pas les rues.

    Demain, il annoncera qu'il quitte son mandat de maire.

    Il va enfin pouvoir se retrouver face à lui-même et faire le point, le point sur lui, le point sur sa vie, le point sur les autres....

    Ne plus être constamment en représentation, ne plus devoir toujours se montrer serein, il en rêve.

    Il va enfin pouvoir lâcher prise comme il aurait souhaité pouvoir le faire lors du décès de sa fille Marie Yvonne l'année dernière.

    Rédiger l'acte de décès de son enfant était insupportable en tant que père mais c'était son devoir de maire et pour François LE GOFF,  on ne déroge pas à ses devoirs.  

    O comme Obéissance au Roi et à l'Empereur

         (Source AD 22 : acte de décès de Marie Yvonne LE GOFF rédigé et signé par François LE GOFF, maire de Ploëzal et père de la défunte)   

    François semble enfin satisfait de son texte, il signe son document. Il pose sa plume. Se recueille un instant. Puis se lève, souffle sur la bougie pour l'éteindre et quitte la maison municipale.    

    Demain, après 39 ans de mandat, 39 ans de loyauté envers son village et ses habitants, il remettra sa démission pour "épuisement de toutes ses facultés".

    La Croix de la Légion d'honneur lui sera, un jour, décernée pour sa sage administration de Ploëzal. 

    Après une vie active bien remplie au service des autres, il va enfin pouvoir prétendre à une "retraite" bien méritée. 

    François LE GOFF va vivre jusqu'à l'âge de 85 ans, il rejoindra sa chère épouse le 29 août 1879.  

    Mes recherches m'ont naturellement amenée à admirer François LE GOFF.

    Aujourd'hui, grâce à Ralg, je sais que cet homme était une belle personne.

    Il est temps, pour Ralg et moi, de repartir.

     *******************

    François LE GOFF et Anne Marie GOURIOU sont les sosas 64 et 65 de Ronan (côté paternel)

     

    Marielle BATHANY - LE GOFF 

      

      

     

      


  • Commentaires

    1
    Mimi ex sécu
    Dimanche 18 Juin à 09:58

    Belle histoire !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :