• Aujourd'hui je reçois le treizième message écrit par un des ancêtres de Ronan.

    La lettre M pour le samedi 14 novembre 2020.

     

    "Ma chère Marielle,

     

    Je suis le sosa 321 de Ronan.

    Je suis Marie Louise.

    Marie Louise GESSON, JESSON et même CESSOU d'après la base des Sabotiers de Bretagne du Centre Généalogique du Finistère.

    Mes parents, Noël JESSON et Charlotte THOMAS se sont mariés le 12 septembre 1763 à Gurunhuel (22).

    La famille de ma mère est originaire de Gurunhuel, mon père par contre était originaire de Louargat (22).

    Après leur mariage, mes parents s'installent à Louargat.

    M comme Marie Louise GESSON

     

    C'est dans cette commune que vont naître deux de mes frères, le 16 octobre 1764,  Jean Louis et le 14 mars 1766, Noël.

    Puis mes parents déménagent pour s'installer à Belle-Isle-en-Terre.

    Ma sœur, Charlotte,  naît le 4 mai 1768  et hélas, décède deux mois plus tard.

    Le 20 juillet 1769, c'est Marie Jeanne qui pointe le bout de son nez suivie le 30 mars 1771 par Jeanne .

    Malheureusement , je n'aurais pas l'occasion de connaître Jeanne, le 16 février 1774, elle meurt à trois ans.

    Le 2 mai 1777, moi Marie Louise , j'arrive enfin dans cette famille.

    M comme Marie Louise GESSON

    Acte de naissance de Marie Louise GESSON

     Archives départementales des Côtes d'Armor

     

     Je suis rejointe le 30 juin 1780 par une petite sœur qui sera prénommée Marie Rose.

     

    Ma famille vivait tant bien que mal de l'exploitation de la forêt.

    Nous vivions au sein d'une sorte de communauté regroupant des sabotiers, des charbonniers, des scieurs de long, des boisseliers

     

    La veille de mes cinq ans, la mort vient chercher mon père. 

    Papa meurt le 1er mai 1782 , il avait 47 ans .

    Dorénavant, c'est mon grand frère de 18 ans , Jean Louis qui sera l'homme de la maison. Il est sabotier.

     

    J'aime le voir transformer un morceau de bois en une jolie paire de sabots. Je reste des heures entières à admirer ces gestes si précis. C'est presque de la magie ….

      

    Neuf ans plus tard , c'est fête à la maison, Jean Louis se marie à Louargat en 1791 avec Marguerite MOEZAN.

    L'année suivante, c'est ma grande sœur Marie Jeanne  qui convole.

    Elle épouse René François LE LAY, un sabotier.   

     

    Le 13 juillet 1795, mon frère Noël épouse à Loguivy-Plougras Jeanne LE FOLL . 

    Maman a marié ces deux fils et sa fille aînée, il lui reste encore deux jeunes filles à marier.

    C'est chose faite pour moi le 28 juillet 1803 à Loguivy-Plougras .

    J'ai enfin trouvé chaussure à mon pied , enfin sabot à mon pied ! 

    Il était temps, j'ai 26 ans …et pas envie de finir vieille fille !

    Mon époux est quatre ans plus jeune que moi, est originaire de Plougonver et s'appelle François LE LIRZIN.

    En 1806 , Marie Rose épouse Jean BRIAND à Plougonver.

    Pauvre petite Marie Rose , son mariage a duré une année.

    Nous avons la douleur de la perdre en septembre 1807.

     

    Après avoir été charbonnier, mon époux François s'installe comme cabaretier.

    Des enfants viennent bénir notre union.

    Je vais en perdre au moins deux en bas âge.

    Mais c'est avec amour que j'élève Marie Yvonne, Elisabeth Louise, Vincent  et Jean François.

    En 1827, le 8 octobre , mon François décède à Loguivy-Plougras . Je suis veuve.

     

    Au moins avant de mourir , François a eu la joie de voir notre fille Marie Yvonne épouser François LOUSSOUARN.

    Le 15 septembre 1830 notre Elisabeth épouse François LANCIEN.

    En 1834 , Elisabeth décède en laissant une petite fille.

    Deux ans plus tard , je deviens la belle-mère de l'assassin !

    Je deviens la belle-mère d'un guillotiné !

    François LANCIEN, mon gendre est guillotiné sur la place du vieux marché de Plouaret le 30 novembre 1836.

    Ma petite fille Marie Yvonne est orpheline. 

    Heureusement mon Elisabeth n'a pas eu à supporter tout cela .

    Etre la femme d'un assassin , cela l'aurait détruite !

    J'espère que pour ma petite fille le temps fera son œuvre.

    Dans vingt ans, elle sera en âge de se marier et je prie pour que le souvenir des actes de son père se soit dissipé.   

     

    En attendant , moi je vais relever la tête et défendre l'honneur de ma famille. 

    Les actes de mon gendre ne concerne que lui, pas ma famille et surtout pas ma petite fille !

     

    En 1833, mon fils Vincent a épousé Marie PERSON. Ton Ronan est un des descendants de ce couple.

    Un dernier mariage en 1839, apporte un peu de joie à notre famille. Jean François épouse Françoise KERIVEL.

      

    Un jour , je vais mourir mais d'après ce que je constate la date de mon décès t'es encore inconnue .

    Je ne m'en fais pas , tu la trouveras un de ces jours.

    Mais cette recherche n'est pas importante, enfin pour moi !

    Je préfère que tu occupes ton temps à rechercher les descendants de mes enfants et également ceux de mes frères et sœurs .   

     

    Bon je te laisse car tu as du travail .

     

    Marie Louise GESSON épouse LIRZIN"   

     

    ***********

     

    François LE LIRZIN et Marie Louise GESSON sont les sosa 321 et 321 de Ronan - Génération 9 - (côté paternel)

     

    Le billet écrit en 2019  sur François LANCIEN 

     

    Marielle BATHANY - LE GOFF


    2 commentaires
  • Douzième message de l'au-delà à lire et à publier dans le cadre du Chalenge AZ 2020.

     

    "Chère Marielle, chère petite fille,

     

    Je suis très émue et heureuse de penser que dans quelques heures tu liras ces lignes, tu liras mes lignes.

    Je suis une de tes ancêtres finistériennes.

    Je suis Anne LATREILLE ou LATRAILLE .

    Et qu'importe que ce soit avec un E ou un A. C'est toujours et encore moi !

    Je n'ai jamais été à cheval sur l'orthographe de mon nom…d'ailleurs il y a de fortes  probabilités pour que je ne sache ni lire ni écrire au temps de ma vie sur terre.

    Par contre je connaissais toutes mes prières par cœur !

    Mais je suis là pour te parler de ma famille, ou plutôt de notre famille.

    Je suis la fille d'Hervé LATREILLE et de Françoise ROIGNANT .

    Mes parents se sont mariés à Argol (29) le 4 février 1723.

    De 1723 à 1738 neuf enfants vont naître.

    Nous sommes tous nés dans le village de Pouloudour à Argol (29).

    Moi je suis née le 3 août 1726.

    J'avais cinq frères, Augustin, Guillaume, Daniel, Magloire et Pierre et trois sœurs, Marie, Françoise et Jacquette.

     

    Certains d'entre eux ont eu des descendants, et j'ai vraiment hâte que tu les retrouves.

    Je suis certaine que la base BAGAD du Centre Généalogique du Finistère pourrait t'y aider. 

    D'ailleurs tu devrais noter de leur envoyer ton GEDCOM.

     

    Le 23 février 1756, à Telgruc- sur-Mer (29), une commune que tu connais bien, j'épouse ton ancêtre Pierre RAOUL.

    Nous nous installons dans le village de Penarguer à Telgruc, près de la famille de Pierre.

    Le 23 juin 1757, je mets au monde notre premier enfant, une fille que nous baptiserons Marie.

     

    Si j'ai l'occasion de t'écrire aujourd'hui c'est grâce à elle , elle épousera un jour Mathias TORILLEC. Ils seront les sosa 244 et 245 de Ronan.

    Le 12 janvier 1759, je donne un fils à mon mari et un frère à ma petite Marie.

    Notre joie sera de courte durée, mon petit Hervé meurt à l'âge de dix jours.

    De nouveau enceinte , j'accouche, le 12 septembre 1760, d'une deuxième fille a qui nous donnerons le prénom de Françoise.

    En 1762, je suis enceinte pour la quatrième fois, c'est encore une fille, une petite Jacquette.  

    En 1765, je donne naissance à un enfant sans vie .

    Deux ans plus tard , nous perdons notre petite dernière si pleine de vie. La mort emporte notre petite Jacquette le 30 août 1767.  

    Au printemps 1769, je suis sur le point d'accoucher.

    Après la perte de notre Jacquette , cette future naissance va apporter un peu de joie dans notre famille.

    Hélas le sort s'acharne contre nous, contre moi !

    Mon époux, mon Pierre meurt le 19 avril 1769. Il n'avait que 35 ans .

     

    L comme Anne LATREILLE d'Argol (29)

     décès Pierre RAOUL - Archives départementales du Finistère   

      

    Je suis dévastée, je me raccroche à notre enfant, à notre bébé que je porte…à ce bébé posthume qui naîtra dans quelques semaines.

     

    Une petite Barbe que son papa ne prendra jamais dans ses bras pousse son premier cri le 23 mai 1769.

    L comme Anne LATREILLE d'Argol (29)

    naissance Barbe RAOUL - Archives départementales du Finistère

     

    Un petite Barbe que sa maman câlinera à peine…je meurs le 14 juin suivant .

    Deux mois après mon mari , je suis conduite à ma dernière demeure.

    J'avais 36 ans .

    L comme Anne LATREILLE d'Argol (29)

     décès Anne LATREILLE - Archives départementales du Finistère

     

    Mes trois filles sont orphelines.

    Marie a douze ans , Françoise neuf ans et Barbe trois semaines.

    La famille va recueillir nos enfants.

    Mon oncle Gabriel KERSPERN et son épouse Barbe MORVAN du village de Penahoat en Crozon (29) recueillent ma petite Barbe.

     

    C'est mon oncle Gabriel qui ira déclarer le décès de mon bébé .

    Barbe décède le 20 juillet 1769 à Crozon (29).

     

    L comme Anne LATREILLE d'Argol (29)

    décès Barbe RAOUL - Archives départementales du Finistère

     

    La famille que Pierre et moi avions créé est balayée en quelques mois.

    Pourtant une petite part d'elle a survécu à travers Marie et Françoise, nos deux filles.

    Un fragment s'en est même allé vers un St Brieux qui n'est pas celui des Côtes d'Armor  mais celui de terres lointaines du Canada.

     

    A travers toi aussi Marielle, ma famille existe, j'existe! moi ! Anne LATREILLE ! encore et toujours !

    Merci Marielle , merci d'être là pour moi ! 

     

    Ta grand-mère 

     

    Anne LATREILLE"  

     

    **************

     

    Pierre RAOUL et Anne LATREILLE sont les sosa 490 et 491  de Ronan - Génération 9 - (côté maternel)

     

    Marielle BATHANY - LE GOFF   

     


    votre commentaire
  • Ce soir la lettre K est à l'honneur .

    Vite j'ouvre ma messagerie , faut que je publie avant minuit….

     

    "Bonsoir Marielle,

     Je suis Louis KERRAIN, le sosa numéro 534 de Ronan.

    Tout d'abord je dois t'avouer que j'éprouve un très grand plaisir à t'écrire.

    Ecrire à la plume d'oie, j'adore…

    J'ai encore dans l'oreille le son du crissement de la plume sur le papier.

    Je ferme les yeux, les sons et les odeurs me reviennent….. 

    C'est ce que ta mère, en atelier d'écriture, appelle, une madeleine de Proust. 

     

    Mais aujourd'hui, je t'écris en frappant les touches d'un clavier.

    Il faut bien être moderne , même ici de l'autre côté .    

    Si tu en as un jour l'occasion, teste la plume , mais pas la plume métallique, non.. la plume ,la seule , l'unique,  la vraie !

    Et pourquoi ne pas tenter la calligraphie ? Cela te changerait des coloriages pour adultes…

    Mais je m'égare ….

     

    Je suis né à Ploëzal le 27 janvier 1715.

    Mes parents , Philippe KERRAIN et Françoise HAMON se sont mariés dans la commune voisine de Pleudaniel (22)  le 11 janvier 1709.

    D'après ce que j'en sais , leur premier enfant , mon frère Joseph serait né le 18 août 1712 à Ploëzal (22).

    En  1718, un petit frère fait son entrée dans la famille, je ne m'en souviens pas, il est mort à l'âge d'un mois. Je n'avais que trois ans .

    Par contre , je me souviens de Marie, ma petite sœur née le 27 avril 1721 .

    J'étais de 6 ans son aîné.

    Je l'adorais.

    Nous l'adorions tous.

     

    Le 16 août 1734 , mes parents, mon frère Joseph et moi avons eu la douleur de la conduire à sa dernière demeure dans le cimetière de Ploëzal.

    Marie n'avait que quatorze ans.  

     

    Mes parents étaient métayers au château de La Roche-Jagu.

    Mon oncle paternel, Ollivier KERRAIN était prêtre.

    Bien que ne sachant pas écrire, nos parents ont tenu à nous donner de l'instruction.

    Joseph et moi savions donc écrire et surtout signer.

    Il ne te sera pas difficile de retrouver ma signature sur la plupart des actes concernant notre famille.

    Enfin quand le curé pensait à me les faire signer…

    K comme Louis KERRAIN de Ploëzal (22)

    Acte de décès de Marie KERRAIN - Archives départementales des Côtes d'Armor   

     

    Un mois après avoir perdu notre petite sœur, le sort s'acharne encore sur notre famille.

    Mon père, Philippe, meurt le 16 septembre 1734, il a 48 ans .

    Nous allons prendre soin de notre mère comme il se doit.

     

    Le 14 juillet 1738, j'épouse à Ploëzal, Anne LE TINEVE, la fille de Pierre et d'Hélène CATHOU.

    Pour tout vous dire, nous précipitons le mariage car nous avons pris de l'avance sur la nuit de noces.

    Le 19 janvier 1739, notre fils Pierre vient au monde, je demande à ma mère d'en être la marraine.

    Hélas nous le perdons le 15 décembre suivant .

    Mais Anne est déjà enceinte et en février 1740 , c'est un petit Philippe qui vient au monde.

    De 1743 à 1756, les naissances et malheureusement les décès s'enchaînent.

    Marie Joseph, Jacques François, Joseph, Anne, Pierre, Louis, Marie Jane, Marie Joseph, Marie Yvonne, Catherine et Jane Yvonne, treize enfants vont naître de notre union.

     

    Combien atteindront l'âge adulte ? Avec un peu de chance la moitié, je te laisse répondre à cette question ma chère Marielle !

     

    Nous avons perdu Maman le 28 janvier 1742, elle avait 56 ans.

    Anne et moi allons quitter la commune de Ploëzal pour nous installer dans la ville de Pontrieux.

     

    C'est à Pontrieux que je vais finir ma vie le 7 novembre 1779.

    J'ai 64 ans.

    Sur mon acte de décès les témoins me vieillissent de 3 ans.

    Les témoins sont mon fils Joseph et mon gendre Laurent LE BRETON .

    Laurent a épousé ma fille Marie Jeanne.

    C'est de ce couple que ton fils descend. 

    Anne, mon épouse, vivra jusqu'à l'âge de 83 ans.

    Elle me rejoindra le 4 avril 1795.  

     

    Je suis heureux d'avoir laissé quelques souvenirs de moi à travers la signature des actes d'état civil.

    Cette signature, ma signature, est une preuve de plus de mon existence .

    C'est une part de moi que je te laisse….

    Tu peux la considérer comme ma photographie et pourquoi pas l'enregistrer dans Hérédis 

     

    En te remerciant de ton écoute …

    Le sosa 534 de Ronan

     

    Louis KERRAIN"

     

    ***********

     

    Louis KERRAIN et Anne LE TINEVE sont les sosa 534 et 535 de Ronan - Génération 10  (Côté paternel)

    Philippe KERRAIN et Françoise HAMON sont les sosa 1068 et 1069 de Ronan - Génération 11   (Côté paternel)

     

     

    Marielle BATHANY - LE GOFF

     


    votre commentaire
  • Je viens de recevoir un nouveau message à publier sur mon blog.

    Je découvre l'ancêtre de la lettre J.

     

    "Chère Marielle,

     

    C'est moi , Maurice JORDE, le sosa 274 de Ronan.

    Je t'écris afin de t'aider à débloquer l'ascendance de ma mère.

     

    Je viens de découvrir une fonctionnalité de Corail-Net que tu ignores.

     

    Mais avant, quelques lignes afin de te rafraîchir la mémoire sur ma branche. 

    L'acte de mariage de ma fille Catherine avec Jean LE BERRE t'a donné mon nom et celui de Marie CARE, ma très chère épouse.

    Nous nous sommes mariés le 26 février 1759 à Saint-Clet (22).

     Mineur et orphelin de père, il a fallu que je sois décrété de justice. C’est-à-dire que j'obtienne de ma parentèle l'autorisation de me marier .

    Le document doit exister aux archives départementales des Côtes d'Armor.

     

    J'espère qu'un jour tu auras l'occasion de le consulter.

    Notre premier enfant va naître le 31 août 1760 à Saint-Clet.

    Ce sera une fille, nous la prénommerons Catherine.

    C'est notre petite Catherine qui deviendra un jour le sosa 137 de Ronan.

    L'année suivante, une autre fille Magdeleine vient rejoindre sa grande sœur.

    En 1764, Pierre , mon premier fils vient au monde. Je suis fou de joie …Malheureusement le petit ne va vivre que sept jours.

    L'année suivante un deuxième fils nous est donné , hélas nous perdrons Marc a l'âge d'un an.

    Heureusement , nos filles, Catherine et Magdeleine , nous font un peu oublier nos peines .

    En les regardant jouer , je ne peux m'empêcher de me dire que les filles sont bien plus résistantes que les garçons . Peut-être parce qu'un jour elles sont destinées à donner le jour.

     J'en parle à Marie……Elle me dit d'arrêter de penser, d'après elle c'est Dieu qui décide de tout….

    Et en plus au lieu de penser j'ai un déménagement à préparer.

     Nous quittons la commune de Saint Clet (22) pour la commune voisine de Quemper-Guézennec (22).

     

     

    En 1767, Dieu décide de nous offrir Joseph. Joseph est le premier de nos enfants à naître dans notre nouvelle commune de résidence .

    En 1768, une petite Marie fait une apparition d'à peine trois mois.

    Puis Alexis, un nouveau garçon naît en 1770.

    La série n'est pas terminée...

    En 1773, nouvelle grossesse de mon épouse, une nouvelle petite Marie nous tient compagnie pendant un an .

    Puis en 1776, notre dernier enfant vient au monde , un garçon que nous appellerons Guillaume.

     

    Marie et moi , allons finir notre vie à Quemper-Guézennec (22).

    Marie va décéder le 7 novembre 1809 , âgée de 75 ans.

    Moi je vais la suivre en 1812, je meurs le 17 mai. J'ai d'après les témoins 80 ans .

    Avant de te quitter je vais te parler des recherches sur ma mère. 

     

    Mon acte de mariage te donne l'identité de mes parents :

    J comme Maurice JORDE de Saint Clet (22)

     

     

    Mais si tu interroges Corail-net , il n'y a rien sur mes parents.

    Ma mère Renée VUGAT est inconnue ……et  pour cause son nom n'est pas correctement  orthographié .

    Après l'étude de la totalité des actes que tu pourras moissonner dans Corail-net, tu devrais arriver à la conclusion que son nom de famille commence par un B et un E .

    Tu peux alors tenter une recherches sur Corail-Net :

     

    Tu sélectionnes la commune de Saint Clet, dans le cadre "Recherches spéciales" la numéro 5 et tu indiques juste BE  dans le cadre "Nom  du défunt".  

     

    J comme Maurice JORDE de Saint Clet (22)

    Extrait de Corail-Net - Centre Généalogique des Côtes d'Armor

     

    J comme Maurice JORDE de Saint Clet (22)

    Le patronyme BEGAT va attirer tout de suite ton attention. 

     

    J comme Maurice JORDE de Saint Clet (22)

    J comme Maurice JORDE de Saint Clet (22)

     

    En découvrant le nom d'un  témoin à mon mariage , tu viens de comprendre qu'Henri MASSON est le deuxième époux de ma mère , c’est-à-dire mon parâtre.

    Tu as maintenant, la confirmation de l'orthographe du nom de ma mère. Il te sera facile de poursuivre tes recherches sur cette branche.

     

    Bon, je te laisse expérimenter cette recherche sur tes branches bloquées.

    Cela fonctionne aussi pour les naissances et les mariages !

     

    Dernière chose avant de te quitter, pense à remercier le Centre Généalogique des Côtes d'Armor pour cette recherche spéciale numéro 5 qui te simplifie le travail.

     

     

    Maurice JORDE"      

     

    *****************

     

    Maurice JORDE et Marie CARE sont les sosa 274 et 275 de Ronan  - Génération 9 (Côté paternel)

     

    Marielle BATHANY - LE GOFF


    6 commentaires
  •  

    Deuxième jour de la deuxième semaine du Challenge AZ 2020 , j'ai hâte de découvrir l'ancêtre qui mettra en vedette la lettre I.

     

     

     "Bien chère petite fille,

     

    D'après ce que j'ai pu constater sur Hérédis, je suis une des plus vieilles ancêtres de l'arbre de Ronan.

     

    Je me tiens fièrement à la treizième génération et je porte le sosa 5419.

     

    La dernière information que tu possèdes grâce à Corail Net , la base de données du Centre Généalogique des Côtes d'Armor, est celle concernant mon mariage. 

     

    J'ai épousé Louis JEFFROY ou GEFFROY le 12 janvier 1653 à Rospez (22).

     

    Hélas , l'identité de mes parents et celle des parents de Louis ne sont pas indiquées.

     

    Par contre, sont mentionnés les noms de quelques témoins : Louis JEFFROY, François et Thomas  RIVOAL, Louis QUEFFEULOU et François LE ROUX.

     

    Je suis la mariée, je suis Isabeau ou Isabelle ( dans certains actes) RIVOAL et je peux te l'avouer tout de suite , je n'ai que 16 ans !

     

    Acte de mariage de Louis GEFFROY et Isabeau RIVOAL 

    Archives départementales des Côtes d'Armor 

     

    Notre premier enfant va naître trois ans après notre nuit de noces , à croire que nous n'avions pas trouvé le mode d'emploi .

    Toute la famille, surtout ma belle famille, est rassurée.

    Je peux concevoir...

    Car bien sûr, s'il y a un problème , cela vient forcément de mon côté. 

     

    Donc le 4 février 1656, notre fils Louis vient au monde.

    La marraine sera ma mère , Marie CADOU.

    Le 17 mars 1657, nous accueillons une fille Françoise, puis Catherine  le 12 septembre 1659.

    François notre dernier enfant viendra au monde le 22 juin 1662.

    Je ne vais pas pouvoir m'occuper de mon bébé bien longtemps...

     

    Mon décès, le 28 juin suivant, surprend toute la famille.

    Même monsieur le recteur est surpris par ma mort subite.

     

    Notre mariage aura duré 9 ans .

    Louis se remariera à Catherine TILY en 1668. Ils auront deux garçons.

     

    Mes parents étaient François RIVOAL et Marie CADOU.

    Ils se sont mariés le 22 novembre 1636 à Rospez.

    Je suis l'aînée de ma fratrie.

    Je suis née le 30 août 1637 .

    En 1640, ma mère mettra au monde des jumeaux.

    Me voilà du jour au lendemain avec un frère prénommé Jan et une sœur Marie.

    En 1643, c'est Louise qui vient nous rejoindre.

    Puis de nouveau en 1647, un nouveau frère et une nouvelle sœur , Yvon et Marguerite.   

     

     

    Cela me tient vraiment à cœur de te parler de mes parents et surtout de pouvoir te certifier leurs identités .

     En croisant les témoins figurant sur les différents actes, tu reconstitueras ma famille et confirmeras l’identité de mes parents.

     

     Je laisse donc ma couronne de plus vieille ancêtre à ma maman.

    Et j'en suis heureuse.

    Je ne veux pas qu'ils soient oubliés.

    J'ai trop hâte de te voir créer les fiches de mes parents.

    J'ai ainsi l'impression de les faire revivre et de leur rendre hommage.

     

    D'après mes calculs, François RIVOAL, mon père devrait porter le numéro sosa  10838 et Marie CADOU, ma mère, le numéro 10839 .

    Quatorze générations les séparent de Ronan.   

     

     Il est temps pour moi de te quitter et pour toi de compléter Hérédis avec toutes ces nouvelles informations.

     

     Merci pour mes parents.

     

    Ta vieille grand-mère

    Isabeau / Isabelle RIVOAL épouse GEFFROY"

     

    *****************

    Louis GEFFROY et Isabeau RIVOAL sont les sosa 5418 et 5419 - Génération 13 de Ronan  (côté paternel)

     

    Marielle BATHANY - LE GOFF

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire