• Z comme Françoise ArZul de Brélévénnez (22)

     

    Nous sommes le lundi 30 novembre 2020, c'est aujourd'hui le dernier jour du Challenge AZ 2020.

    Je dois recevoir le dernier message , le vingt-sixième,  le Z !

    Vu de quelle façon les ancêtres de Ronan se sont débrouillés pour le U et le X, je ne suis pas inquiète pour ce Z.

     

     

    "Bien chère petite-fille , bien chère Marielle,

     

     J'ai le grand honneur aujourd'hui de clôturer le Challenge AZ 2020.

    Je suis l'ancêtre de Ronan désigné pour la lettre Z.

    Une sacrée responsabilité repose sur mes épaules.

    J'espère être à la hauteur,  je ne veux pas décevoir ta mère qui s'est tellement investie dans cet atelier d'écriture. 

    Je suis si émue et si fière de la confiance qu'elle m'accorde en choisissant mon message.

     

    Bon il est peut être temps que je rentre dans le vif du sujet.

    Et le sujet , c'est moi, Françoise ARZUL !

     

     

    Mes parents sont Pierre ARZUL (ou ARZUR)  et Marie ROLLAND.

    Le 3 août 1745, le mariage est célébré dans la paroisse d'origine de ma mère, Louannec (22).

    Le jeune couple va s'installer dans la paroisse de Brélévenez (22) près de Lannion (22).

    Le 23 juillet 1746, mon frère François vient au monde .

     

    Mon frère aîné aura pour parrain François ROLLAND, notre grand-père maternel et pour marraine , notre grand-mère paternelle,  Marie LE CROZUS. 

    Mes parents sont heureux.

    Mi juillet 1749, mon père ne se sent pas bien du tout, il s'est couché.

    Ma mère est inquiète, elle voit bien que l'état de santé de mon père se dégrade.

    Les remèdes ingurgités ne font pas effet.

    Il n'y a plus qu'une chose à faire , appeler Monsieur le Curé.

    Mon père doit se préparer à partir pour l'autre monde…

    Il n'a que 24 ans. 

    Le 15 juillet 1749, ma mère est veuve.

    Veuve avec un enfant en bas âge, mon frère a tout juste 3 ans.

    Veuve et enceinte de près de trois mois, son état ne se voit pas encore.

     

    Mettant de côté sa douleur, elle comparaît devant la cour royale de Tréguier assisté de Maître Jean François LE BRICQUIR, son procureur afin de devenir, avec le consentement de la famille paternelle et maternelle, la tutrice de son enfant mineur.

     

    Ma mère est instituée tutrice de mon frère François "ainsi que de son enfant posthume au cas qu'elle soit enceinte et qu'elle prenne pour luy la succession de son feu père purement et simplement…".

     

    Z comme Françoise ArZul de Brélévénnez (22)

     

     

    Fiche personnage de Pierre ARZUR, père de Françoise ARZUL

    Centre Généalogique des Côtes d'Armor

     

    L'enfant posthume , tu l'as deviné , c'est moi, Françoise ARZUL, ton aïeule.

    Je suis née le 26 janvier 1750 à Brélévenez (22).

    Un an après ma naissance, ma mère accepte la proposition en mariage d'Yves HERVE.

    Le mariage est célébré le 15 février 1751 dans notre paroisse.

    J'ai un parâtre, et je ne vais pas tarder à avoir une petite sœur.

    Françoise Yvonne  naît le 18 janvier 1752.

    Le 2 février 1754, ma mère met au monde Philippe.

    Puis nous quittons Brélévenez (22) pour la paroisse de Saint-Quay-Perros (22) .

    C'est dans notre nouveau lieu de résidence que vont naître Yves le 8 mars 1759 et Marie Anne le 20 juin 1761.

     

     

    Le 18 février 1767, à Saint-Quay-Perros (22), j'épouse enfin Jean LE GOFFIC ( ou LE GOIC). 

    Je suis une jeune mariée de 17 ans, mon mari à 21 ans .

    Je suis une jeune mariée enceinte jusqu'au cou …et oui …

    Nous nous installons dans la paroisse de Quemperven (22).

    Notre premier enfant Yves est né un mois après notre mariage...

    Il vient au monde le 18 mars 1767, hélas nous le perdons le 29 mars suivant.

    L'année suivante, Guillaume vient au monde le 14 janvier 1768 pour nous quitter le 17.

     Notre troisième enfant, une fille elle aussi ne survivra pas.

    Notre petite Louise née le 26 novembre 1769 , décède le le 1er décembre.

    Je devrais pleurer , pourtant je n'ai plus de larme….  

     

    Je suis de nouveau mère le 28 novembre 1771, d'une jolie petite fille que nous prénommerons Jeanne.

    Elle épousera Pierre LUCAS .

    Le 2 décembre 1773, c'est un petit frère, Jean, qui vient rejoindre notre Jeanne. 

    Le 11 juillet 1776, je donne la vie à Yves.

    En épousant Catherine LE GOFF, il deviendra ton aïeul.

    Puis veuf, il se remariera avec Catherine TOURBIN.

    Le 28 novembre 1778, je donne un dernier fils, François,  à mon époux .

    Le 24 décembre 1779, le cher petit ange quitte ce monde ……pour me rejoindre, moi, sa maman…

    Depuis le 10 décembre 1779 j'ai fait de Jean, mon époux, un veuf.

    Je meurs âgée de 29 ans.

     

     

    Jean se remariera le 24 avril 1780 avec Anne HENRY, une jeune femme de 23 ans originaire de Mantallot (22).

    Mon pauvre époux n'en a pas fini avec les épreuves. 

    Le 23 mai 1780, Jean ,notre petit garçon de 7 ans décède.

    Jean aura quatre enfants avec sa seconde épouse.

    La deuxième famille de Jean est décimée en 1786.

    En février, décèdent dans l'ordre,  Yves un bébé de six mois, Jean mon époux  et Anne sa seconde épouse .

    Il ne reste en vie qu'une petite fille prénommée Marie, confiée à sa grand-mère maternelle demeurant à Mantallot (22).

    Hélas, le 3 mai 1786, cette petite aussi s'en ira rejoindre ses parents. 

     

     

    Heureusement, deux de nos enfants ont survécu .

     Et c'est grâce à mon fils Yves que j'ai le privilège de t'écrire ce message .

    Ma vie est parsemée de malheurs comme la vie de beaucoup d'autres personnes à cette époque.

    Je ne suis pas triste, j'ai aimé ma vie et si c'était à refaire, je n'en voudrais pas d'autre.

    Ce qui compte aujourd'hui , c'est ce qu'il reste de nous, c'est ce qu'il reste de moi ….

     

    Ce qu'il reste de moi, c'est toi…c’est Ronan …et c'est tant d'autres .., des descendants que tu dois encore découvrir.

     

    Je t'embrasse

    Ton aïeule,

    Françoise ARZUL"

     

     *******************

     

     Jean LE GOFFIC (LE GOIC) et Françoise ARZUL sont les sosa 384 et 385 génération 9 de Ronan (côté maternel).

     

    *******************

     

    Mon Challenge AZ 2020 s'achève avec le message de Françoise ARZUL.

    Je me suis encore bien amusée...

    Merci à ma sœur Ida d'avoir patienté, quelquefois bien tard, afin de me relire.

    Merci au Centre Généalogique des Côtes d'Armor et au Centre Généalogique du Finistère de mettre à la disposition des adhérents des bases de données comme Corail-Net et Récif.

    Et surtout merci à tous mes lecteurs.

    Et si certains sont des cousins n'hésitez pas à me contacter : marielle.le-goff@wanadoo.fr

     

    En attendant je vais lire les Challenges AZ de mes amis généablogueurs.

    Il y a de quoi faire , plus de 2000 billets m'attendent...

     

    Marielle BATHANY - LE GOFF 

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mimi sécu
    Jeudi 3 Décembre 2020 à 14:30

    Comme chaque année, j'ai adoré lire "ton challenge" !

    Toujours très imaginatif, plein de tendresse, avec de l'humour et parfois même de la tristesse !

    Tu sais toujours aussi bien faire parler tes ancêtres !

    Bravo Marielle, au plaisir de te lire l'année prochaine ! cool

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mercredi 16 Décembre 2020 à 21:11

    Merci Mimi !

    Je t'embrasse !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :