• E comme Etienne GOURMELEN, un invisible

    "Cultivateur à Quinivel en Telgruc, je suis né le 4 décembre 1826 dans cette même commune. Depuis deux ans, Charles X est notre roi. Dans quatre années, Alger sera prise et la conquête de l'Algérie pourra commencer.

    E comme Etienne GOURMELEN en 100 mots

    Pendant mon enfance, j'ai le souvenir d'avoir entendu mes parents Jean GOURMELEN et Clémence KERSPERN commenter ces événements qui feront l'histoire de France.       

    Ici à Telgruc, on est bien loin d'Alger, beaucoup de savent pas lire, mais on peut compter sur le curé de notre village pour tous les dimanches nous faire une revue de presse. 

    L'année de mes 8 ans en 1834, j'ai perdu ma mère. Une année plus tard en 1835 mon père la rejoignait.

    J'étais l'aîné, j'avais 2 petits frères, Philippe né en 1828 et Thomas né en 1829 ainsi que deux petites soeurs, Marie-Anne née en 1831 et Anne née en 1833.       

    J'ai perdu mes deux petites soeurs à quelques semaines de mes parents.

    Mes frères et moi avons été recueillis par la famille. Heureusement nous avions encore notre grand-père maternel Maurice KERSPERN, nous ne le perdrons qu'en 1856, il avait 75 ans.

    C'est mon grand-père qui me donnera l'autorisation d'épouser la jeune fille de Crozon dont je suis tombé amoureux.

    Je l'ai épousé à Telgruc le 21 novembre 1849, elle s'appelle Michelle LE GENDRE.

    Nous nous installerons comme cultivateurs dans la ferme familiale de Quinivel.

    Nous aurons quatre enfants :

    • Marie-Anne en 1851
    • Marie en 1855 (l'arrière-grand-mère de Marielle, sosa 58 de Ronan) 
    • Jean en 1858
    • Jeanne en 1861
    • Clémence en 1863

    Lorsque je suis né, la Royauté gouvernait de nouveau la France , je vais mourir sous le Second Empire. J'ai 40 ans.

    Entre temps j'aurai connu la Monarchie de Juillet puis la seconde République. 

    J'ai vécu cinq ans de plus que mon père, ma vie fut courte mais bien remplie. Pourtant comme beaucoup de paysans de France, je suis un "Invisible". 

    Dieu me rappelle à lui le 15 mars 1867.

    E comme Etienne GOURMELEN, un invisible

     

     

     Je suis Etienne GOURMELEN, un des nombreux invisibles qui peuplent l'arbre familial de Ronan. 

    **********************

    Merci à Elise du Blog "Auprès de nos Racines" pour avoir si bien parlé des "Invisibles".

    http://www.aupresdenosracines.com/2014/04/histoire-familiale-comment-parler-des-invisibles.html

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 6 Juin 2015 à 08:46

    Le terme d'invisible est très bien trouvé (bravo à Elise). Votre article remet à la juste place nos ancêtres... 

    2
    Samedi 6 Juin 2015 à 23:49

    Très bonne idée de faire parler cet ancêtre, cela rend le texte vivant. Ces décès rapprochés sont surprenants. Je ne crois pas qu'il y ait eu une pandémie de grippe dans ces années là.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :